Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 09:13

.  

 

Elle est venue si légère dès le premier instant, sans douleur, sans problème.

L'humeur douce, égale. Sans souci, les jours coulaient.

Avec juste parfois, ces peurs inconnues qui surgissaient, ces angoisses sans cause.

Et la peur du temps aussi un peu, le souci de l'autre, de son regard.

Mais si peu de place donnée à elle-même.

Elle a grandi dans nos mensonges, nos manques, nos immaturités conjuguées,

nos exigeantes fêlures.

Avec lui qui ne savait pas donner et moi qui ne savait pas tenir.

Pas de magie de l'enfance, pas de fées ni d'imaginaire embellissant le monde.

Parce que ceux qui l'avaient amenée là étaient si peu réels qu'il fallait bien

que quelqu'un le soit.

Et ce fut elle avec ses petites mains qui tint notre monde à bout de bras.

Continuant à croire en nos forces avec une foi de charbonnier.

Combien d'enfants ancrent leurs parents, combien tombent de nous tenir debout,

combien payent nos rêves tous les jours et en oublient les leurs ?

Par un amour fou, une confiance totale et mal placée.

Lorsque vient le temps de comprendre, ils assument ce que nous sommes comme

nous ne l'avons jamais fait et portent nos sacs.

Qu'ils finissent par partir ou restent à faire semblant de croire à nos mensonges, ils portent les cicatrices de ces blessures que nous leur infligèrent.

 

 

 

.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sardine - dans Leis autres
commenter cet article

commentaires

Sardine 21/05/2013 23:30

merci.

Nicolas Cucchietti 19/05/2013 11:58

J'ai apprécié cet article. Court et direct, simple à lire. Je vous recommande à poursuivre vos récits. :-)