Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 07:03

.

 

Les épaules se figent en premier

La gangue de pierre

Née de la nuque

Descend doucement

Le long de la colonne vertébrale

Enveloppe le torse

Croise et recroise autour du ventre

Pour finir

Ruban de fête

Par se nouer au creux des reins

Statufiant le corps

 

Pour supporter le poids

Soudain du buste et de la tête

Les cuisses se raidissent

Chairs tétanisées 

Muscles noués violemment

Genoux tremblants sous l'effort

Oscillants trop faibles pour tenir

Bien longtemps

 

Les ondes de malaise

Irradient depuis le ventre

Bloquent la respiration

Font naître de vagues nausées

Affolent le muscle cardiaque

Encombrent la trachée

Bloquent les mâchoires

Assèchent la bouche

Explosent enfin derrière les yeux

Empêchant les pensées 

Brouillant tous les signaux

Déformant les sons et la vue

Les os du crâne paraissent 

Se disloquer sous la poussée affolée

 

Rien n'est plus possible

Que l'attente angoissée

La concentration extrême

Pour contrôler chaque souffle

Laisser passer les palpitations

Du sang aux tempes et à la gorge

Laisser le temps agir

En espérant tenir

 

Ne pas partir en syncope

Ne pas complètement lâcher

Les rênes à ce corps

Où la raison n'intervient plus

Tout entier dépassé

Par la brutalité

Des émotions

 

La violence physique

De ce combat intérieur

Est sans nom

On ne peut demander grâce

Il n'y a pas d'adversaire 

 

 

.

 

 




 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sardine - dans Angst
commenter cet article

commentaires