Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 13:38

.

 


Le vieux tee-shirt de bricolage était entaillé à la hauteur du mamelon droit.


Une déchirure très nette de trois ou quatre centimètres, légèrement en biais puis une  autre plus petite juste en-dessous.


Sans doute un coup de cutter ou d'une lame quelconque, un jour où le tee-shirt devait se trouver oublié sur un établi ou un coin de meuble.


Trop large et usé jusqu'à la corde, il flottait sur le corps de son propriétaire avec cette retenue pudique des vêtements d'hommes lorsque ceux-ci veulent oublier l'existence même de leur chair.


Le pantalon de treillis, de même, suggérait à peine la ligne des hanches, oublieux de l'arrondi des fesses, réduites à  une problématique probabilité d'être.



Rien ne filtrait de cette silhouette que la retenue inconsciente, le sens léger des convenances où le corps de l'homme est support à sa tête, porteur de règles sociales et de cultures.



Mais l'oeil, insensiblement, revenait  à l'entaille sur la poitrine.



Les mouvements réguliers du bras l'entrouvraient et laissaient voir une infime partie de peau.

Tendue, douce à l'évidence, ombrée d'une pilosité tendre, chaude.

La lumière s'accrochait à elle et rayonnait, assombrissant les alentours, la laissant à la vue, soudain centre d'un nouvel ordre des choses.


Et l'envie se faisait forte de glisser les doigts à travers la déchirure, de toucher cette chair soudain si visible.

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sardine - dans Sètz
commenter cet article

commentaires

marguerite darras 25/05/2010 20:32


elle est floue :-))) c celle derrière la vitre...


Sardine 25/05/2010 16:04


spèce de monstre sans coeur ! Fais péter la photo en mail privé, mastre que tu es !


marguerite darras 25/05/2010 11:49


j'ai la photo du tee-shirt... me suis battue pendant deux heures pour connecter mon phone à ce putain de pc qui n'a jamais voulu reconnaître le logiciel !!! grrrrr


Sardine 25/05/2010 07:02


Les garçons, vous êtes trop sensibles. Un rien vous fait rougir et vous donne chaud, c'est dingue quand même ! A notre époque d'étalage de chairs en pleine face, suffit que je parle d'une déchirure
dans un tissu anodin, et paf, vous avez chaud ! P'tites natures, va !


yelrah 25/05/2010 06:26


Rhôô!