Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 13:04

.

 

Les fantômes n'ont d'immatériel que leur légende

Leur poids lui est réel

Leur masse encombre l'espace

S'insinue dans les failles de la vigilance

 

Nul besoin de la nuit pour les sentir peser

Nul jour ne les fait fuir

Ils sont le temps immobile

 

Gangue lourde 

Sables mouvants

Chaussures de plomb

 

Leurs voix couvrent celles des vivants

Et encombrent ma tête

 

Le passé chaque jour

Plus présent que l'avenir

Plus vif

Plus attirant

 

Les matins à vivre encore

Semblent vides

Sans attraits 

Sans saveur

Déjà vus

 

Je connais le goût des lendemains

Leur amertume

Leur vacuité

Leur lot de poussière

Chacun d'eux est plus difficile

A prendre au sérieux

 

Tout semble vain

A qui a trop de mémoire

Pourquoi recommencer toujours

Rembobiner éternellement le même film

 

Il n'y avait rien avant

Il n'y aura rien après

Finalement nous ne faisons

Que combler l'ennui des jours

En attendant la fin

A coup d'illusions

D'ambitions et de rêves

 

Rien n'existe qui ne sera détruit demain

Ni nous

Ni les pierres du chemin

Ni les oeuvres les plus belles

A quoi bon lutter ou créer

Puisque

Objectivement

Rien n'existe vraiment

Et qu'il suffit d'attendre

Pour que tout devienne dérisoire

 

La réalité des hommes et du monde 

N'existe que dans la fragilité de nos mémoires

Autant dire qu'elle n'est pas

 

Il n'y a rien 

Il n'y aura rien

Il n'y avait rien

 

Sortir de la course

Regarder s'agiter

Ceux qui pensent exister

Attendre sagement dans la salle d'attente

Que le temps soit enfin venu

Que cesse la comédie aux masques affairés

 

Retrouver la réalité du néant

Et dormir

 

 

 


 

 

.


Repost 0
Published by Sardine - dans Angst
commenter cet article
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 16:02

.

 

Je n'essaierai plus d'être où je n'ai pas à être

Je ne ferai plus semblant d'avancer

Quand l'immobilité seule me reste

Je ne cacherai plus ni peurs, ni faiblesses

Je me priverai de ce que je ne peux pas recevoir

Je n'espérerai plus en des lendemains

Qui ne chanteront de toutes façons pas

Il n'y aura pas de miracles

Le temps a passé

Qui ne reviendra pas

Je resterai sur le côté

A observer la vie et son mouvement

Que je ne comprends pas

Je n'essaierai plus de monter dans ce train

Dont j'ai loupé tant d'arrêts

Je creuserai mon terrier au profond

Je continuerai à vous aimer de côté

Je resterai là pour l'aider Elle

Je rirai de plaisir à vous voir vivre

A La voir grandir et marcher dans son chemin

Je n'essaierai plus de vivre ce qui ne m'est pas destiné

Je tâcherai de prendre le moins de place possible

Je ne ferai plus semblant d'être votre égale

Je resterai à ma place

En tentant de supporter mon propre dégoût

En priant je ne sais qui

Que le temps passe vite

Que je n'abîme plus rien

Que je ne salisse plus rien

Que je ne dérange plus rien

Mais je ne ferai plus semblant

D'être heureuse d'être

Ce que je suis

 

 

.



 

 

.

Repost 0
Published by Sardine - dans Angst
commenter cet article
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 13:34

.

 

 

Les dépressifs

Les pas joyeux

Les sans espoirs

Les inutiles

Les pas au point

Les qui savent pas

Les qui ne sauront jamais

Les solitaires

Les enfuis

Les inexistants

Les portions si congrues qu'il n'en reste rien

Les qui voudraient mais qui ne peuvent pas

Les sans courage et les sans forces

 

Vous souhaitent à tous une belle et heureuse nouvelle année

 

De toute façon ils n'ont pas le choix

Quoi qu'ils en pensent

Quoi qu'ils ressentent

Aussi sombre que soit leur esprit 

Aussi désespéré que soit leur avenir

 

Ce n'est pas le moment

Ce n'est pas le jour

Faut faire avec

Faut faire semblant

Faut pas déranger

Faut pas faire de bruit

 

Déjà qu'en général 

Ils n'en font guère

Ils sont ces jours-ci

Un peu plus silencieux que d'habitude

Plus discrets

Plus raseurs de murs

 

Faut pas gâcher la fête

 

Et puis

Depuis le temps qu'on leur explique

Que leur tristesse n'est pas vendeuse

Qu'il faut se bouger

Se remuer

Avancer

Construire

Sourire

Exister

Faire avec

Ne pas s'écouter

Passer par dessus

 

Ils pourraient faire un effort quand même !

Les autres le font bien

Pourquoi pas eux ?

On le sait bien 

Que ces gens-là n'ont pas de volonté

Alors qu'ils la ferment 

Qu'au moins ils ne fassent pas tâche

 

Les pas heureux

Les pas au point

Les inadaptés

Se doivent se doivent de se taire ces jours-ci

C'est quand même le minimum de politesse

Que l'on attend d'eux


 

 

 

.

 

Repost 0
Published by Sardine - dans Angst
commenter cet article
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 10:40

.

 

" A l'an qui vient si nous ne sommes pas plus, que nous ne soyons pas moins "

 

Depuis plusieurs années maintenant, cette phrase me revient en tête à chaque mois de décembre.

 

Des voeux, des souhaits, des bonnes pensées et des dictons, cette période en est pleine.

 

Des religieux, des laïcs, des révolutionnaires, des sentimentaux, des amicaux, des familiaux.

 

Celui-là est différent, plus sombre et plus lumineux que les autres.

 

Le rappel de la seule peur qui nous soit à tous commune.

 

La perte et l'absence

Ce trou qui jamais dans l'eau ne se refermera

Ce poids des matins sans fin

 

L'éternel recommencement des jours devenus vides

Les questions et les les doutes

La douleur indicible

Les mots que l'on apprend à retenir d'année en année

Pour ne plus déranger les vivants

 

Ces pas qui s'enchaînent sans but

Ces bras trop vides 

Sans plus rien à étreindre

Les voix qui disparaissent

Au fond des mémoires

Les parfums de la peau chaude

Que l'on aimait embrasser

 

Cette haine de soi d'oublier

Ce que l'on voudrait garder à jamais

Ce dégoût de continuer à être

Quand l'autre n'est plus

 

Oh, a l'an que ven, se siam pas mai que siguem pas mens !

 

Que personne cette année ne disparaisse dans ce grand vide

Que nul ne vienne un matin m'apprendre encore une perte

 

Prenez tous soin de vous

Autant que vos vies m'importent

Aimez-vous

 

 

.

 

 

Repost 0
Published by Sardine - dans Leis autres
commenter cet article
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 10:44

.

 

 

Mon corps n'est même pas mon ennemi

Il est une entité lourde aux constants besoins

Un compagnon de chaîne capricieux et geignard

Pour lequel rien n'est jamais gratuit

Chaque plaisir se paye au prix fort

D'un entretien tyrannique et constant

Impossible de l'éviter 

Le contourner

Le nier

A peine si je peux l'ignorer un moment

Qu'il revient sur le devant de la scène

Prend tout l'espace

Hurle et se plaint

Indispensable interface au monde et aux autres

Tricheur sans scrupules

Lâcheur et hypocrite

Despote ricanant

Goinfre puant

Plaie vivante

Je n'ai pas le choix

Je dois le supporter

Parasite goulu

Dévoreur d'énergie

Masse dérangeante

Même pas solide

 

.

 

 

Repost 0
Published by Sardine - dans Angst
commenter cet article
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 09:34

.

 

 

Je ne voulais pas jouer

Je n'aimais pas ça

Je ne voulais pas sortir dans la cour

Je n'avais rien à y faire

Je n'y étais pas bien

 

Le monde tenait sur mes genoux

Je fermais à demi les yeux

Lorsque la fatigue arrivait

Grignotant encore une ligne après l'autre

 

Mon corps immobile

Se faisait oublier

Mes mains suffisaient 

A tourner les pages

 

Les yeux seuls agissaient

Transmetteurs de mots

Tricoteurs d'images

Passeurs attentifs des émotions

 

Quand lassée de me faire traquer

Je sortais de mes livres

Rejoindre les autres enfants

Je poursuivais mes rêves

 

Mon corps engourdi et balourd

Se prêtait avec maladresse

A ces jeux où s'aiguisaient

Le sens du pouvoir

 

A la première occasion

Je m'échappais du cercle

Observant de côté

Le déroulé des rondes

 

S'il ne m'était pas possible

De retrouver mes livres

Je plongeais dans un jeu solitaire

Où de brindilles en galets polis

 

Je bâtissais un monde

Entre les racines d'un arbre

Au pied d'un mur usé

Dans le creux d'une ornière

 

Attendant l'heure de rentrer enfin

Au chaud des mots écrits

Dans la tanière des phrases 

Étincelantes au coeur du silence

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Sardine - dans Mémoires vives
commenter cet article
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 10:02

.

 

Les années n'y font rien

Les images demeurent

Les questions ne font que croitre

Les manques ne se comblent pas

 

Il y aura toujours une moto à dévier

Un désespoir à alléger

Une maladie à combattre

Un jeu à arrêter d'un baiser

 

Cette horloge que l'on ne peut inverser

Ces mots qui n'ont pas était dits à temps

Ces gestes que l'on n'a pas pu faire

Cette main que l'on n'a pas su tendre

 

Et nous restons

Année après année

Toujours plus vides

Emplis de doutes

 

Le coeur trop plein

D'une mémoire inutile

Les bras en manque

D'un corps à serrer

 

 

 

.

Repost 0
Published by Sardine - dans Leis autres
commenter cet article
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 17:52

.

 

Parfois je t'appelle ma belette quand je pense à toi.

Que je te parle dans ma tête.

Si je t'écris, je retiens ce nom.

Je sais qu'il a pour toi le son d'une autre voix.

Je n'ose pas.

Mais belette, c'est aussi le petit nom de ma puce.

Le nom de pas mal de puces,j'imagine.

Il me vient naturellement mais je le retiens.

C'est peut-être stupide.

Ne pas oser le mot doux, pour ne pas aller trop loin.

Ne pas dire que l'on aime, pour ne pas risquer la faiblesse.

Ne pas tendre la main, pour ne pas craindre le refus de la caresse.

 

Je ne perdrai plus de temps à ménager les orgueils, à protéger les défenses.

Je t'apellerai belette quand le mot me viendra.

Je te dirai je t'aime quand l'envie m'en prendra.

Je t'engueulerai de même.

Je te pourrirai de câlins à notre prochaine rencontre.

Et ça t'énervera et ça me fera rire et je recommencerai.

 

On a jamais trop de belettes jolies dans une vie.

Et il te va si bien ce nom si vif et soyeux.

 

 

 

.

Repost 0
Published by Sardine - dans Leis autres
commenter cet article
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 07:03

.

 

Les épaules se figent en premier

La gangue de pierre

Née de la nuque

Descend doucement

Le long de la colonne vertébrale

Enveloppe le torse

Croise et recroise autour du ventre

Pour finir

Ruban de fête

Par se nouer au creux des reins

Statufiant le corps

 

Pour supporter le poids

Soudain du buste et de la tête

Les cuisses se raidissent

Chairs tétanisées 

Muscles noués violemment

Genoux tremblants sous l'effort

Oscillants trop faibles pour tenir

Bien longtemps

 

Les ondes de malaise

Irradient depuis le ventre

Bloquent la respiration

Font naître de vagues nausées

Affolent le muscle cardiaque

Encombrent la trachée

Bloquent les mâchoires

Assèchent la bouche

Explosent enfin derrière les yeux

Empêchant les pensées 

Brouillant tous les signaux

Déformant les sons et la vue

Les os du crâne paraissent 

Se disloquer sous la poussée affolée

 

Rien n'est plus possible

Que l'attente angoissée

La concentration extrême

Pour contrôler chaque souffle

Laisser passer les palpitations

Du sang aux tempes et à la gorge

Laisser le temps agir

En espérant tenir

 

Ne pas partir en syncope

Ne pas complètement lâcher

Les rênes à ce corps

Où la raison n'intervient plus

Tout entier dépassé

Par la brutalité

Des émotions

 

La violence physique

De ce combat intérieur

Est sans nom

On ne peut demander grâce

Il n'y a pas d'adversaire 

 

 

.

 

 




 

Repost 0
Published by Sardine - dans Angst
commenter cet article
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 09:49

 

 

L'amant est l'ami léger

 

Quand l'amoureux exige ses droits

 

L'amant ne prend rien qu'on ne lui donne

 

 

Près ou loin

 

Récent ou ancien

 

Impromptu ou familier

 

Il n'est ni indifférence

 

Ni consommation triste de chair

 

 

Il est tendresse et rire

 

Il est frère et refuge

 

Sans contrainte

 

Sans enjeu

 

Sans peur

 

 

Le temps du vécu n'est pas le même

 

L'attente souffrante n'y existe pas 

 

La peur des mots non plus

 

 

Et s'il n'y a ni engagement

 

Ni construction

 

Ni plan

 

Ni projets d'avenir

 

Ni fondations

 

Ni investissements

 

 

C'est qu'il ne s'agit pas

 

D'une maison bourgeoise

 

Calme et raisonnée

 

Bien assise en son parc

 

 

C'est un vieux cabanon caché

 

Au creux des collines

 

Sur un rivage

 

Au détour d'un sentier

 

 

Abri à peine pensé

 

Assemblage léger

 

D'ombre fraîche

 

Et de lumière.

 

 

Il est ce qu'il est

 

Ne le méprisez pas

 

Ne l'abîmez pas

 

Ne le raillez pas

 

 

Il est ce qu'il doit être

 

A ceux qui n'ont rien

 

 

 

 

.

 

Repost 0
Published by Sardine - dans Sètz
commenter cet article