Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 05:20
.



Alors voilà

Je me fends d'un billet tendance

A base de calculs savants et de stats impeccables

Je remercie et félicite mes lecteurs

Si fidèles

Et si peu nombreux

Que je m'apprètais à vous décrire tous

Les uns après les autres


Et j'apprends au détour des commentaires

Qu'il y a des lecteurs ici que je ne connais pas !!!


Avec qui je n'ai jamais picolé

Ni parlé, ni fumé, ni rigolé

Qui ne m'ont jamais supportée au petit dej

Jamais consolée à deux heures du matin


A ces adorables inconscients

Je voudrai présenter

Toutes mes confuses



Si jamais mes textes

Sont trop truffés

De vannes privées

D'allusions pas fines

Et de réferences improbables

N'hésitez pas à râler

Ou à me demander des explications


Parce que

Bon

Même si je tombe des nues

Faut pas croire

J'suis 'achement émue

D'être lue par vous




Et je me demande un peu

Ce que l'on peut avoir comme image

Quand on lit ces trucs

Sans me connaitre...


Lecteurs inconnus

Vous m'intriguez

Et vous me faites bien plaisir












bon, les autres aussi, hein, mais vous, vous savez déjà que je vous aime







.






Repost 0
Published by C'est Elle - dans Mémoires vives
commenter cet article
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 05:49
.


J'suis nulle en anniversaires

J'arrive à oublier même le mien

Ou celui de ma fille

Si, si, j'vous jure



Alors, franchement, l'anniversaire de ce bloug....


Bon, alors en fait, c'était il y a un peu plus d'un an, le 02/06/08, que j'ai recommencé à écrire.

A cause grâce à un homme, bien sûr, y'a que les garçons qui m'intéressent...

Toujours est-il, que je viens de voir quelques chiffres qui me font rigoler toute seule devant mon écran :

J'ai réussi à pondre 152 trucs en un an et 9 jours, j'aurais pas cru...ça fait quand même 2.4605 textes par jour, mouarf ! 

Mais le plus beau chiffre, c'est mon lectorat, plus privé tu meurs, il y a au moins....de 10 à 20 personnes qui viennent me lire régulierement, et vous savez, ben j'aime ça.
Je peux presque tous vous imaginer devant vos écrans, je vois vos visages et je pense à vous en écrivant.
Je ne gère aucun troll, je ne lis que des commentaires tout doux qui font du bien le matin et je ne vous échangerais jamais contre la plus belle des stats.



Mon équipe de surveillance me signale une erreur manifeste dans mon système de calcul, m'en fous, chuis une rebelle, j'assume ! A bas l'arithmétique classique, vive les calculs aléatoires de ma propre logique, non mais, oh !



.

Repost 0
Published by C'est Elle - dans Mémoires vives
commenter cet article
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 19:09

.




Ce que jettent les gens atterrit chez moi souvent

Les chats

Les plantes

Les objets et les livres


Je ne choisis pas l'ordre de mon décor

Ses couleurs prennent place

Sans aucune harmonie

La lumière les unit



Je ne sais pas jeter

Je ne sais pas oublier


Mais


Le départ d'un objet

Ou d'un chat ou d'une plante

Ne m'est pas une douleur



J'aime que l'on ne me rende

Pas toujours mes livres

Mais je n'oublie jamais

Qui les lit


Des morceaux de ma vie

Grands ou petits

Sont accrochés

Aux basques

D'autres vies


Et je recueille les votres


Ils font ma yourte chaude

Ils me la font unique







.






Repost 0
Published by C'est Elle - dans Mémoires vives
commenter cet article
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 20:00
.





Usée de fatigue

J'ai peu dormi

Pas le temps

Pas l'envie

Trop à vivre

J'ai marché

Heureuse vraiment

Avec le ventre creux

Du plaisir de l'instant



A grandes rues

Vers le port

J'ai


Allongé la journée

Happé le temps

Et n'en ai pas perdu miette





Le vent de mer

Portait les paquets d'eau

Jusqu'aux sièges de pont

Ondoyant qui le priait



A l'équilibre des peurs

J'ai posé le temps


Mes jambes sont dures

De muscles dénoués

Lissés

Etirés


Le vent de l'ile

Lève l'ombre de mes cheveux

Masse mouvante 

Danse primitive

En avant du chemin de pierres sèches



Le soleil au dos

Renvoie le métal sourd

De la mer




Le monde s'étire

Le temps se boucle

Me renvoie les visages

La place se creuse

Où je peux m'inscrire



Le temps a été long

Pour le bout de mon île


De ce banc de ruelle

Nuit d'hiver

Il y a longtemps


Tu m'avais récupérée, ma Grande

Je n'avais plus de mots

Me détacher de la pierre

M'était si lourd

J'entrais dans la tourmente



Il aura fallu tout ce temps

Pour déposer ici

Ces années

Ne plus sentir le poids

Sans en rien oublier


Rien de neuf sous le soleil blanc de Pomègues

Je n'ai pas trouvé la Lumière

Ni refait le monde

Nulle magie

Nul miracle

Mais j'arrive à marcher

L'intense chaleur

Qui monte des sourires

Des rires doux

Des voix

Qui m'entourent là

Et celles

Qui résonnent dans ma mémoire


Ce soir

Ce n'est pas mon habitude

J'écris sans fin

Et sans idée


J'ai ouvert la fenêtre

Sur la toute petite chaise

Repliée sur l'écran


J'ai la nuit de Marseille

Accompagnée d'un verre

Moi qui ne bois jamais seule




Une remontée de temps

Lumière d'abysses

Où la clarté t'attend en haut


Je suis remontée, tu sais

Par des paliers

Improbables

Mais j'ai réussi

Je commence à marcher

Sans rien attendre


A suivre l'amble du sang

Qu'enfin je sens battre



C'est maintenant

Ici

Qu'il me faudrait

Vous connaitre tous

Pour la première fois


Je vois le sourire d'Edouard sur les rochers

J'entends Philippe rire en silence


Dans une saute de vent

Je te vois


Et tous ceux qui habitent

Ma tête


Il n'y aura pas de retour

Je n'en attends pas

Je n'ai presque plus de douleur

A admettre la réalité du temps


Ici

Le silence minéral

Enclos

Dans le bruit de la ville

Me ramène à vous

A travers le rire vivant

Des humains qui m'accompagnent



A ce jour

J'essaie de les aimer

Avec le soin

Que je n'ai pas su vous donner

J'aimerai tant

Pouvoir le faire à nouveau




C'est le dernier regret

Qu'il me reste

A apprivoiser






.



















Repost 0
Published by C'est Elle - dans Mémoires vives
commenter cet article
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 15:33

Découvrez André Bourvil!



Parce que je préfererai toujours

Etre de ce côtè-là


Parce que la guimauve

Sera toujours moins nocive

Que la petitesse


Parce qu'il faut bien choisir

Par où souffrir


J'ai choisi mon camp


Et je vous offre ici

L'un de ses plus beaux fleurons



Pour quelques notes de musique

A emporter dans l'oreille


Avant de partir en week-end

Avant de rejoindre ceux que l'on aime



Et valser au soleil

Ou sous la pluie







.
Repost 0
Published by C'est Elle - dans Mémoires vives
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 09:08



Je suis un être d'une perversité ringarde et rare



Et je le prouve



Voici



Ma chanson fêtiche

Celle qui me suit depuis toujours

Et qu'aucune n'a jamais remplacée

Dans toutes ses versions

Je l'aime

Et ceci est dit sans aucune ironie

Ne cherchez pas de second degré

C'est brut de décoffrage


Soyez fous

Osez tout

Ecoutez-la jusqu'au bout





...


Repost 0
Published by C'est Elle - dans Mémoires vives
commenter cet article
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 18:06
.







Je sais, ce que je fais là n'est pas bien.


Mais y'a pas de raison à ce que je sois la seule à souffrir.






Alors, même si c'est dur, écoutez ça,


Jusqu'au bout


Après tout,

Y'a que le premier verre qui coûte, non ?



http://www.myspace.com/fiftylondres









.





Repost 0
Published by C'est Elle - dans Mémoires vives
commenter cet article
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 06:29
.





" Dieu, tu remercies Dieu, ça c'est bien de toi !

Mais mon amour pour toi est autrement plus fort,

Est-ce que Dieu aurait pû dormir auprès de toi

Pendant tout une nuit sans toucher à ton corps ? "





.
Repost 0
Published by C'est Elle - dans Mémoires vives
commenter cet article
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 05:44

.


C'est pas croyable

Ce qu'on se traine

Ce qu'on se coltine

Comme bagages


De tous les genres

De tous les styles


De temps qui passe

En temps qui reste


Qu'on s'imagine libre

Ou qu'on se sache

Chargé des souvenirs

De toutes nos humanités


Il y a en chacun de nous

Les restes à peine visibles


De toutes les peurs

De tous les espoirs


Cette longue file d'humains

Ceux qui marchent au soleil

Ceux qui ont peur de la nuit

Et craignent l'hiver


Ceux qui n'ont rien pour survivre

D'autre que cette puissance du rêve


Ce rêve transmis

Donné

Partagé

Volé

Floué


Avancer sans cesse

Poursuivre le soleil

Imaginer la barque des morts

Et la naissance du blé


J'aime en moi trouver la trace

Des humains qui sont mon être




Et reconnaitre dans le rose des filles

Les yeux d'Isthar

Rubis et cornaline

La première déesse nommée


Retrouver au regard d'Uruk

Le bleu layette des garçons

Pâle souvenir du lapis lazulli

Du premier ciel










.

Repost 0
Published by C'est Elle - dans Mémoires vives
commenter cet article
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 10:59
.



Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour cette interruption momentanée de la production.
Un afflux non-contrôlé de rosé ayant légèrement endommagé le neurone producteur.
On peut envisager une reprise de l'activité dès que les cloches cesseront de faire du bruit sous le crâne.

Merci de votre compréhension





.
Repost 0
Published by C'est Elle - dans Mémoires vives
commenter cet article