Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 21:39


.



"este mundo es un fandango y el que no lo baila es un tonto"



ce monde est un fandango et celui qui ne le danse pas est un con limité 



Oui, "tonto", c'est très dur à traduire.



Ma mémé de quelqu'un qu'elle n'aimait pas, elle disait " que tonto il est, que tonto il restera"
oui, ma mémé ne savait pas toujours en quelle langue elle parlait.

Repost 0
Published by C'est Elle - dans Mémoires vives
commenter cet article
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 16:52

 

  .



 

_     Et que veux-tu pour ton anniversaire de dans pas longtemps du tout ?

 

 

_     Pour mon anniversaire de dans une semaine ?

....

 

_     Pour cet anniversaire, je veux, une nuit.

 

_     Une nuit ?

 

_      Oui, une belle nuit très longue et  dense, bavarde, forte, rieuse et boudeuse à la fois.

 

_      Mais, tu avais dis que ...

 

_      Oui, et bien c'est comme ça.

Je suis inconséquente et incohérente si je le veux.

Je me moque  des stratégies et des stratagèmes, 

 je ne sais jamais si mes lendemains seront  mes hiers

et encore moins  le pourquoi du comment.

 

Et pour mon anniversaire, je veux une belle nuit.

 

Na.

Repost 0
Published by C'est Elle - dans Sètz
commenter cet article
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 16:46
.


le temps de l'attente
est le temps du rêve.

Il céde au premier
pas avancé.

Reste le temps du réel.
La peur au ventre
le ventre au bord des lèvres.

Au commencement
de l'histoire
est le temps de l'angoisse.
 


.
Repost 0
Published by C'est Elle - dans Angst
commenter cet article
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 06:42
.


Le choix est toujours possible
être en état de vivre
ou accepter la sentence
et cesser d'avancer.

Il n'est pas question que je céde.
Je serai plus conne que le mur
mais je ne céderai pas.


.
Repost 0
Published by C'est Elle - dans Mémoires vives
commenter cet article
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 15:23

 

 

J'ai eu un père.

L'âge venant, je peux commencer
A faire le compte des acquis

Un inventaire hétéroclite
Sans queue ni tête

Des empreintes et des traces
Des artefacts qui émergent
Affleurant aux couches supérieures des fouilles

A lui,

Je dois mes colères et leur force
Mon rire mal élevé et sonore
Mon entêtement à poursuivre mes raisonnements dans l'outrance
La jouissance physique à sentir mes neurones s'entrechoquer
Ma peur panique de perdre le contrôle de l'esprit
La tentation de la folie
L'obscurité de l'âme
Et le désir de voir ce que cache l'autre côtè

De lui je tiens
Le rejet viscèral de tout ordre établi
D'où l'humain est exclu
La conscience de ma responsabilité
Et donc de ma faute lorsque je m'y dérobe
La certitude du pouvoir de la raison
La méfiance de toutes les croyances
De tous les engagements aveugles
De toutes les appartenances
De toutes les côteries
La certitude des vanités

Le doute systèmatique
Et la curiositè élevée au rang d'art.

 

 

 

 

Repost 0
Published by C'est Elle - dans Leis autres
commenter cet article
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 14:50

.


Envie

Ténue

Têtue

Patiente

Espoir

A mordre

Le bas

Du ventre

Etre déjà

Plus tard

En aval

Du courant


.

Repost 0
Published by C'est Elle - dans Mémoires vives
commenter cet article
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 14:31
.


"Je t'aime, ce n'est pas grave  et ce n'est pas ton problème."

Il y a vingt ans, j'ai prononcé cette phrase devant quelqu'un qui ne me croyait pas.

Les dix années qui ont suivi me permirent de lui démontrer que l'on pouvait aimer sans exiger et  sans souffrir
non plus que nécessaire.

De toutes façons, comment décider de cesser d'aimer ?
Comment se forcer à oublier l'existence d'un être rencontré ?
Et pourquoi le faire ?
Au nom de quelle Loi sacrée ne doit-on aimer que ce que l'on peut posséder ?


Cet homme a compris un jour que je ne lui avais pas menti, que nulle stratégie ne se cachait derrière cette affirmation.
Il a réalisé que cet amour ne lui avait jamais amené que de la force, la certitude d'une affection indéflectible où la possession n'entrait pas.

Je ne comprends pas plus pourquoi un amour doit en chasser un autre.
Je ne comprend pas grand chose aux amours socialement acceptés.

Inutile de dire que je ne brille pas par la subtilité de mes stratégies, tactiques et manoeuvre.
L'Art de la Guerre m'est inconnu.
Et le restera.


A tout prendre, qu'ai-je à faire d'un homme "capturé" par ruse et préméditation ?
Peut-il me faire vibrer si je puis le manoeuvrer ?


.


Repost 0
Published by C'est Elle - dans Sètz
commenter cet article
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 12:52

.


La pénombre ronde

de l'escalier

bruissait de l'écho

assourdi des voix

de l'autre côté du mur.

 

Le souvenir

d'une proximité

de parfums et de peaux

où le temps s'arrétait.

 

Impossible de suivre

ce que tu voulais

me montrer.

 

Quand de chaque fibre

je me retenais

de te toucher.

 

Et je me demandais incrédule

 

S'il était possible

d'avoir sur la langue

le souvenir d'une peau

que l'on n'a pas encore goûtée ?


.

Repost 0
Published by C'est Elle - dans Sètz
commenter cet article
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 12:50

.


- Ce n'est pas la franchise qui me gêne mais bien la peur.

Que se passerait-il si tu t'effrayais de mes mots ?



- Les dogmes me font peur, les questionnements non.



- Pour professer un dogme,

il faut posséder une foi absolue.


La foi aveugle me glace et me terrorise.

 

En ce moment, je serai bien en peine d'exprimer même la moindre théorie.


 

Repost 0
Published by C'est Elle - dans Sètz
commenter cet article